Le village

Plan de situation

Histoire de Wisques

L’histoire de Wisques remonte à la nuit des temps, probablement déjà à l’âge de pierre. Les historiens s’accordent pour affirmer que le village aurait été occupé à l’époque romaine par un poste militaire.  Au VIIème siècle, le territoire de Wisques est inclus dans les propriétés de l’Abbaye Saint-Bertin.

Au XIVème siècle les terres de Wisques deviennent la propriété de la famille DE WISQUES puis, par alliance, celles de la famille DE SAINTE-ALDEGONDE.  C’est à cette époque que fut construit un château à l’emplacement de l’actuelle Abbaye Saint-Paul.

Au XVIIIème siècle, les propriétés furent acquises par Maximilien Joseph DE PAN originaire de Saint-Omer. Ses armoiries et celles de son épouse sont gravées dans la pierre du fronton de l’entrée principale (Ces armoiries sont aujourd’hui celles de la commune). La famille DE PAN restera sur les lieux jusqu’au décès du dernier descendant en 1836. Ce qui était alors appelé « le grand château » devint la propriété de Monsieur CAUVET DE BLANCHONVAL puis celle de la famille DESCLEE de Tournai en Belgique.

En 1889 l’Abbaye Sainte-Cécile de Solesmes acquiert le domaine et les premières moniales prennent possession des lieux. Quelques années plus tard, elles intègrent des locaux de l’Abbaye Notre-Dame alors en construction, les moines, résidant jusque là au « petit château » venant les remplacer.

Le début du XXème siècle sera synonyme d’exil pour les deux communautés religieuses. Et ce n’est qu’en 1920 que chacune d’elles retrouvera Wisques. Pendant la période d’exil en Hollande, un moine, Paul BELLOT, architecte de formation, est amené à édifier des bâtiments afin d’héberger les communautés. Il exploite alors toutes les possibilités de la brique, seul matériau de construction à sa disposition, et crée une architecture qui lui vaudra une renommée mondiale. C’est à ce titre que Dom BELLOT est aussi appelé « Le poète de la brique ». Rentré à Wisques, il monte un atelier et, avec ses collaborateurs, mène bon nombre de chantiers non seulement en France, mais aussi en Europe, en Amérique ou encore en Afrique. A Wisques il construira l’extension de l’Abbaye appelée « bâtiment BELLOT », elle-même complétée quelques décennies plus tard par l’un de ses disciples, l’architecte audomarois PHILIPPE.

D’autres édifices remarquables sont également à signaler :

  • L’Ermitage, petite chapelle flanquée d’un logement où vivait un ermite, dont l’origine remonte au XVème siècle. A proximité, une source, principal approvisionnement en eau des villageois jusqu’à l’arrivée du réseau d’eau potable.
  • Le petit château, bâtiment édifié en 1770 inscrit aux monuments historiques depuis 1977, ainsi que la chapelle qui le jouxte.

Ce sont aujourd’hui, des propriétés privées.